Un blockbuster spatial pas si cérébral // Elysium

tv_Hier, mon amoureux rentre du boulot et me propose d’aller au ciné. Youpi ! J’aime qu’on me propose des choses imprévues ! Mais là, comme souvent quand on est deux, il y a deux avis différents. Chéri voulait voir un film sérieux avec de la réflexion. Moi je préférai une comédie. DILEMNE !! Elysium ou Lone Ranger ? Matt Damon ou Johnny Depp ?! Après lecture de plusieurs critiques sur Allociné, nous avons choisi Elysium (là vous vous dites que l’homme a gagné mais il me le revaudra ^^).

Alors alors, Elysium. Nous sommes entrés dans la salle, confiants et près à en prendre pleins les yeux. Je n’ai pas vu le premier et précédent film de Neil Blomkamp, District 9 (2009). Celui-ci évoquait l’apartheid, phénomène apparu en Afrique du Sud, pays d’origine du réalisateur. Alors quand on débute avec un film sur un sujet de société aussi sérieux, on s’attend à ce que ça continu.

elysium2

Elysium est une station spatiale, abritant les riches de la planète Terre. Ces derniers ont accès aux soins médicaux, à la « tranquillité » (on les protège des immigrés qui tentent de poser un pied sur leur habitat..), et on leur offre un air pur et un environnement où il fait bon vivre. Mais tout n’est pas si rose dans cette affaire. En effet nous sommes en 2154, et notre jolie petite planète bleue est en ruine. La maladie et le chômage y règnent en maîtres. Los Angeles a subit l’immigration latine. La surpopulation entraîne la violence. Et parmi ce chaos, il y a Max (Matt Damon). Un ouvrier à la chaîne subissant un accident de travail. Pour lui, atteindre Elysium est vital. Mais pour obtenir son aller vers l’espace, il doit faire un travail des plus périlleux. S’il accepte, il pourra partir sur Elysium (en devenant au passage le Sacro-saint sauveur du peuple).

Avouez que ça à l’air très alléchant dit comme ça, non ? Et bien voici les seules choses à retenir de ce film : la mise en scène et les muscles de Matt Damon. Etant donné la futilité du second point je ne vais parler que du premier. Blomkamp nous propose une mise en scène recherchée avec des plans plutôt osés (du moins à mon avis). Pendant les scènes d’action, la shaky cam nous plonge dans l’action. Cette caméra épaule pour parler français, rend le tout dynamique mais c’est ce qui est intéressant. Dans les scènes d’actions, le mélange de shaky cam et de slow motion nous permettent de plonger dans l’action, de ressentir la douleur du personnage et la vitesse de l’action. Il y a un effet qui m’a particulièrement plu (mais je ne sais pas ce que c’est exactement…) qui réside en un suivi du perso principal de façon stable, mais avec tout le reste qui bouge. C’est assez étrange à expliquer mais ça claque en vrai !

elysium3

Pour tout le reste, je me pose pleins de questions. Pourquoi un tel manque de profondeur du scénario ? Pourquoi des clichés vus et revus ? Pourquoi des perso secondaires si inintéressants ? Pourquoi pourquoi ?! Je m’attendais à comprendre le fonctionnement d’Elysium, comment fait-on pour y avoir accès, comment se passe la vie dans l’espace ? Mais rien. On y voit de belles pelouses et de belles maisons. Tout est aseptisé (si c’est l’effet voulu bravo c’est réussi !) et on ne sait pas s’il y a une contrepartie à payer pour vivre dans un si bel environnement. Il n’y a aucune analyse sociale non plus. Il y a des riches et des pauvres. Voilà le constat et ça s’arrête là. Et la fin ! Cette fin sans morale. La Terre reste comme elle est, Elysium apparaît toujours comme le paradis.

Place aux personnages… Matt Damon rien à dire. Je trouve qu’il incarne parfaitement son rôle. Mais c’est son rôle le problème ! Un enfant élevé par des bonnes sœurs, devient un voleur de voitures puis se case dans la vie active. Banal et sans empathie. Même quand il risque sa vie cela ne nous touche pas. Il en est de même pour Frey (une amie d’enfance de Max) et sa fille attente d’une leucémie. Cette maladie sert de prétexte aux choix de Max. Mais cela passe vraiment en second plan. On ne ressent pas l’ampleur de cette maladie. On se dit « pauvre petite » puis on oublie et on s’en tamponne l’oreille avec une babouche.

Jodie Foster, la méchante de l’histoire. Une secrétaire qui souhaite être calife à la place du calife (original ça !). D’où elle vient, qui elle est, pourquoi fait-elle ça ? Aucune idée ! Sosie de Christine Lagarde elle n’apporte aucun relief à l’histoire. Et le méchant dans tout ça est joué par Sharlto Copley (déjà vu dans District 9) est un tueur-psychopathe. Voilà un rôle intéressant dans l’ensemble. Je trouve tout de même qu’on le fait passer pour un débile mental vers la fin alors qu’on aurait pu s’en passer.

elysium1

Vous avez donc compris que mon amoureux et moi-même n’avons pas accroché du tout à ce film. Trop d’incohérences (des vaisseaux d’immigrés volent vers Elysium et se font détruire à coup de missiles quand celui d’un « gentil » se pose sans problème…), trop de manque dans le scénario (je pense qu’il aurait fallu plus creuser et mettre en avant les différences sociales entre riches et pauvres et ce qu’elles impliquent dans l’organisation de la vie sur Terre et sur Elysium (bah oui qui bosse dans les usines et qui nourrit la population??)). Je nuance tout de même mon propos en faisant l’éloge des effets spéciaux et de la mise en scène qui nous confèrent un spectacle très agréable à regarder.

popcorn1

Publicités

2 réflexions sur “Un blockbuster spatial pas si cérébral // Elysium

Laisser un commentaire, une idée, un souvenir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s