Jasooooon // Heavy Rain de Quantic Dream

manette_Hello ! Aujourd’hui on va parler jeu vidéo et plus particulièrement du petit frère de Fahrenheit (jeu que je vous ai présenté ici). Je sais je sais ça fait 3 ans que ce jeu est sorti et je viens juste de le finir. Je suis en retard comme toujours ! Le principal, ce que j’y joue ! Depuis que je me suis installée avec mon chéri, j’ai la joie d’avoir accès à sa PS3. C’est chouette non ?! Du coup, il m’a proposé de jouer à Heavy Rain, le dernier opus de Quantic Dream, créé dans la ligné de Fahrenheit. Le jeu est une nouvelle fois basé sur une histoire interactive et repose sur un scénario s’inspirant des plus grand thrillers  comme Saw (le 1er, pas les bouses qui suivent !) ou encore Seven.

Petit résumé de l’histoire : Vous incarnerez à tour de rôle 4 personnages enquêtant sur le tueur aux Origamis. Ce serial killer (ho je suis bilingue aujourd’hui !) s’attaque uniquement à des enfants âgés de 8 à 13 ans. Ils les enlève et les laisse se noyer dans un puits d’eau de pluie, une orchidée sur le cœur et un origami dans la main. Franchement, l’histoire est en béton pour moi. On stress, on retiens son souffle, on secoue la manette dans tous les sens ou au contraire on devient délicat. J’étais vraiment plongée dans l’histoire et croyez-moi que je voulais le trouver ce tueur !!

heavyrain1

Le 1er perso est un père de famille, Ethan Mars, ayant deux garçons, Jason (d’où le tire de l’article) et Shaun, qui a été enlevé par le tueur aux origamis. Le second est un détective privé, Scott Shelby. Le troisième est un inspecteur profiler du FBI, Norman Jayden, possédant des lunettes qui tuent (au sens figuré hein, elles tuent pas vraiment en fait. C’est juste pour dire qu’elles déchirent tout vous voyez ?). Ces lunettes, nommée ARI, lui permettent de relever des indices sur des scènes de crime. Enfin, le dernier perso est une journaliste nommée Madison Paige (qui sert plutôt d’infirmière en fait parce que question déduction elle est longue à la détente !).

heavyrain2

Le gameplay est le même que celui de Fahrenheit. Tout est basé sur les QTE, qu’ils soient passifs ou actifs. Pour boire un verre d’eau il faut faire glisser doucement le joystick droit au risque de s’en mettre partout. Quand on se bat on doit enchaîner des combinaisons de touches et parfois, il vous faudra être souple des doigts (j’ai même utilisé mon nez à en moment donné, ce fut un échec..) ! Le truc assez dérangeant pour moi comparer à Fahrenheit, c’est que nos actions passives ne nous rapportent rien. Dans Fahrenheit, quand on faisait une chose bien pour son perso (comme prendre une douche), sa barre d’humeur augmentait. Si cette barre se vidait complètement, notre perso mourrait. Dans Heavy Rain, vous pouvez aller aux toilettes mais ça ne vous servira à rien. Beaucoup d’actions sont vides de sens. Et parfois la décomposition des mouvements sont trop poussés. Par exemple, avec le perso de Madison, j’étais sur ma moto et le seul choix possible était de descendre de cette moto. En même temps, que pouvais-je faire d’autre ? Attendre là sous la pluie ? Non non mais ça va pas du tout là Monsieur David Cage !! (c’est lui le créateur du jeu, vous avez vu comment je sors ma science !)

Pour finir, ce qui m’a vraiment satisfaite ce sont les graphismes. Toutes les scènes ont été tourné avec de vrais acteurs et faites en motion capture. Du coup, les expressions du visages sont presque parfaites, les actions sont fluides et les décors sont superbes. Les effets de pluies sont également au top (heureusement parce que tout le jeu se passe sous la pluie). Et dans cette scène, les particules de poussières, les textures, la lumière, bref tout est beau !

heavyrain3

Pour le prochain projet de Quantic Dream, Beyond : two souls, les acteurs Ellen Page et Willem Dafoe se sont prêtés au jeu. Les graphismes vont être encore plus poussés j’ai l’impression. Regardez par vous-mêmes le trailer !

Voilà voilà, je ne suis pas une experte en jeu vidéo mais j’espère que ma petite critique de fille vous aura donné envie de jouer aussi ! Pour ma part j’ai vraiment adoré et je suis ravie de voir qu’un studio français est capable de faire d’aussi belles choses !

Wow1

Publicités

Crime et possession // Fahrenheit de Quantic Dream

manette_

Aujourd’hui je vais vous parler jeu vidéo. D’une part parce que j’aime bien ça et d’autre part parce que mon chéri s’y intéresse. Il a même décidé d’en faire ses études c’est pour dire. Quand il a su que j’étais une fière détentrice de PS2, il a décidé de me faire jouer à ses vieux jeux (vu qu’il est passé sur PS3 il n’en n’a plus l’utilité). Je suis alors devenue la propriétaire temporaire de Fahrenheit (et d’un autre jeu que je n’ai pas fini et dont je vous parlerai plus tard !). Evidemment je n’ai pas le regard d’une experte pour parler JV mais je peux vous faire part de mon avis (oui j’ai le droit d’abord). 

1

Avant toute chose, il faut que vous sachiez que Fahrenheit est un jeu d’aventure, au scénario complexe rappelant le cinéma. Vous évoluez dans l’histoire comme dans un film (vous voyez qu’il y a un lien avec mon univers ! Oui je rappelle que je suis en master cinéma..). Fahrenheit relate l’histoire d’un homme qui tue un autre homme dans les toilettes d’un restaurant mais qui dit qu’en fait c’est pas lui qui l’a tué donc il s’enfuit alors que la police arrive et.. Ok si je commence comme ça vous allez fuir…

Donc plus sérieusement, Fahrenheit débute vraiment dans les toilettes d’un restaurant où Lucas Kane entre dans une sorte de transe et tue un individu. Pour la suite, c’est à vous de jouer ! Un split-screen débute, montrant un policier marchant vers les toilettes (comme par hasard !). Vous devez alors cacher le corps, vous lavez les mains et sortir du restaurant soit en faisant comme si de rien n’était, soit en courant. C’est là l’enjeu de Fahrenheit. Toutes vos décisions auront un impact sur le déroulement du scénario.

fahrenheit_3

Vous allez vivre le scénario de trois points de vue différents : celui de Luca Kane l’assassin présumé et ceux de Carla Valenti et Tyler Miles, le duo d’inspecteurs chargé d’élucider le crime. Et ça, c’est vraiment génial. On peut vivre une partie de l’enquête et une partie de leur vie personnelle. Chacun à sa petite histoire qu’on mène comme on le souhaite. D’ailleurs, la fin du jeu dépendra des choix faits durant votre progression (je crois qu’il en existe 6 différentes). Moi j’ai eu un happy-end alors que mon amoureux pas du tout (on peut considérer que j’ai gagné non ?!)..

fahrenheit_2

Du point de vue scénaristique, vous l’avez compris, c’est top. Mais parlons gameplay… Il en existe trois différents en fait. Tout d’abord, celui qui nous permet de nous déplacer et de choisir les interactions de notre choix (merci le joystick droit) jusqu’à décider de boire un verre, aller se doucher, ouvrir la fenêtre etc. Ça me fait penser aux Sims et ça j’aime beaucoup !
Ensuite, deuxième niveau de gameplay: le choix dans les discussions. Là je vais commencer à râler.. Quelques fois, le temps imparti s’écoule trop vite. Je n’avais pas le temps de lire toutes les possibilités et dans la précipitation je choisissais n’importe quoi. « C’est le jeu » me direz-vous mais quand mon amoureux me dit « tu as fait ça ? Où ça ? » et que je lui réponds « Non j’ai pas vuuuu » il m’a bien fait comprendre que j’avais zappé une partie de l’histoire. Et ça, c’est trèèèès énervant ! Je ne pouvais pas me résoudre à louper quelque chose ! Bon, il faut bien se résigner et se dire qu’on peut tout de même continuer le jeu.
Mais voilà, on arrive au point critique: les phases de QTE (Z’avez vu le vocabulaire de fou ! Et on ne m’a pas soufflé hein !). Pendant les scènes d’actions, deux cercles, composés de 4 couleurs chacun, apparaissent à l’écran (ils représentent les joysticks). Le but est d’enchaîner les combinaisons qui s’affichent, au bon moment. Si vous vous trompez, vous perdez une vie. Normal. SAUF que je n’ai jamais trouvé de vies dans les niveaux !!! Donc, si je ratais une fois, je mourais. Énervant non ? Surtout quand la séquence dure au moins 5 minutes ! Je vous avoue que j’ai bien failli tout arrêter tellement je ne supportais pas ces défaites.

grrr

Dans l’ensemble, j’ai trouvé cette expérience vraiment intéressante. On ne subit plus le jeu, on participe à son déroulement. De plus, chaque action que l’on décide de faire agit sur le mental du personnage contrairement à Heavy Rain, un jeu similaire sur PS3 du même studio (que je suis en train de faire pour la petite info). Pour finir je remercierais Jeux Vidéos PC pour les soluces (oui j’avoue tout.. j’ai été bloqué à plusieurs endroits..).

Ce sera tout pour mon billet sur Fahrenheit, je vous le conseille vraiment si vous avez toujours votre PS2 😉